Écoute empathique pour une communication compatissante

L’écoute empathique, également appelée écoute active est l’une des compétences relationnelles et de croissance personnelle les plus précieuses que vous puissiez acquérir.

C’est une compétence qui ne sert pas seulement les autres, mais qui nous aide aussi à devenir plus aimants, compatissants et patients. C’est une compétence importante à maîtriser tant pour vos interactions personnelles que professionnelles.

Peut-être que vous êtes une personne que d’autres recherchent naturellement pour partager leurs problèmes ou leurs frustrations. Ou peut-être aimeriez-vous aider une personne proche de vous qui a un dilemme et ne sait pas quoi faire ?

La façon dont vous écoutez les gens peut faire toute la différence pour eux et pour vous.

 

Qu’est ce que l’écoute empathique

Vous pensez peut-être que l’écoute empathique signifie se sentir désolé pour quelqu’un d’autre. Mais c’est beaucoup plus que cela.

L’écoute empathique offre une formidable valeur thérapeutique à une personne aux prises avec un problème, car elle lui permet de résoudre ses propres difficultés en compagnie d’un auditeur attentif.

Au fur et à mesure que l’orateur s’entend parler, il gagne en clarté sur son problème et devient mieux équipé pour trouver une solution. Lorsque quelqu’un se sent entendu cela lève le fardeau émotionnel. Donc moins  de stress et de confusion. En tant qu’auditeur empathique, vous donnez à votre interlocuteur une plus grande estime de soi et une meilleure conscience de soi, simplement grâce à votre volonté de les entendre.

Écoute empathique :
  • Crée un espace sûr pour la résolution des conflits et la résolution de problèmes.
  • Construit le respect, la confiance et la compréhension mutuelle.
  • Soulage les tensions et la discorde.
  • Encourage un partage plus profond des sentiments et des informations.

L’écoute empathique n’est pas une compétence facile à maîtriser, principalement parce que la plupart d’entre nous préférerions parler plutôt qu’écouter. C’est plus difficile que l’écoute de base. En effet,  l’écoute empathique est souvent nécessaire lorsque le locuteur qui souffre est en colère.

Selon Gregorio Billikopf, expert en médiation et auteur, «l’écoute empathique exige que nous accompagnions une personne dans son moment de tristesse, d’angoisse, de découverte de soi, de défi (ou même de joie!)».

 

Comment la pratiquer

L’écoute active ne fait pas partie d’une conversation au sens traditionnel du terme. Il n’y a pas de partage, de dialogue ou de compétition pour parler. Avec l’écoute empathique, tout tourne autour de l’autre personne et de ce qu’elle essaie de communiquer – avec ses mots, avec les mots non prononcés et avec ses émotions.

L’objectif principal de l’écoute empathique est de comprendre ce que dit l’autre personne et de lui donner l’espace pour se sentir entendu et validé.

En tant qu’auditeur empathique, vous devez être prêt à faire ce qui suit :
  • Permettre à l’autre personne de mener la conversation et de déterminer le sujet abordé.
  • Rester complètement attentif à ce que dit l’autre personne
  • Évitez d’interrompre, même si vous avez quelque chose d’important à ajouter
  • Posez des questions ouvertes qui invitent davantage l’orateur
  • Évitez de tirer des conclusions prématurées ou de proposer des solutions
  • Réfléchissez à l’orateur ce que vous avez entendu dire.

En plus de cela, la compétence la plus importante que vous pouvez offrir est l’empathie . Cela nécessite une volonté de vous mettre à la place de l’autre afin qu’ils se sentent entendus sans porter de jugement. L’empathie est la note de grâce de l’écoute empathique, car elle permet au locuteur de se sentir en sécurité, reconnu et apprécié.

En tant que coach personnel, j’ai été formé pour utiliser l’écoute empathique ou active avec mes clients. Même lorsque je vois ce que je pense être la meilleure ligne de conduite pour un client, mon rôle est de faciliter sa prise de conscience et de l’aider à trouver ses propres solutions. C’est beaucoup plus difficile que cela puisse paraître.

La plupart d’entre nous dans les professions aidantes veulent aider. Nous voulons donner aux gens des solutions et leur dire ce qui, selon nous, les rendra plus heureux, plus prospères et plus confiants. Cela se fait généralement à partir d’un désir sincère d’améliorer leur vie, mais en vérité, c’est une réaction impulsive car, en tant que culture, nous sommes tellement axés sur les solutions. Nous devenons impatients et agités avec trop de discours et trop peu de résolution.

 

Exemples d’écoute empathique

Disons que votre conjoint vient vous voir et vous dit : « Je suis vraiment contrarié par la façon dont tu m’as taquiné devant nos amis au dîner. »

Une première réaction naturelle est de se sentir sur la défensive et peut-être même irrité. Vous étiez joueur et vous sentez que votre conjoint réagit de manière excessive ou est trop sensible. Vous pourriez dire ces choses à votre conjoint, mais il ou elle se sentira inconnu et incompris. Et vous manquerez une occasion de vous relier à votre conjoint et de comprendre sa douleur.

Une meilleure façon de répondre serait d’arrêter ce que vous faites, de vous asseoir avec votre conjoint et de lui accorder toute votre attention.

Engagez-vous ensuite dans une conversation d’écoute empathique comme celle-ci :

Vous : « Je suis désolé ma chérie. Dis m’en plus sur ce que mes taquineries t’ont fait ressentir.  » (Vous invitez votre conjoint à continuer de parler et de partager.)

Votre conjoint : « Cela me met dans l’embarras parce que cela me donne un air idiot et peu sûr de quelque chose que j’apprécie. Et je n’aime pas que tu me taquines devant d’autres personnes. »

Vous : « Alors, quand je te taquine, surtout devant les autres, tu ne te sens pas en confiance et en sécurité. Et tu préférerais que je ne te taquine pas devant les autres. » (Vous validez et reflétez les paroles de votre conjoint pour les confirmer.)

Votre conjoint : « Oui, mais c’est plus que ça. J’ai aussi l’impression que tu ne me respectes pas et que tu es prêt à être drôle à mes dépens. Et ça fait mal. »

Vous : « Wow, je n’y pensais pas de cette façon. Je peux voir à quel point mes taquineries peuvent ressembler à une réprobation ou à un manque de respect. Je ne veux pas te blesser et je suis désolé. Veux tu dire plus ? » (Vous honorez les sentiments que votre conjoint a partagés, faites preuve d’empathie et invitez plus à parler.)

Votre conjoint : « Je préférerais que tu ne me taquines pas du tout, surtout sur les choses qui sont importantes pour moi. » (Votre conjoint dit la dernière partie avec un langage corporel fort.)

Vous : « Je t’entends, et je vais arrêter de te taquiner parce que maintenant je sais à quel point c’est blessant. Je suis content que tu ais partagé cela avec moi. Quelles sont les choses les plus importantes pour toi ? » (Vous avez validé votre partenaire et proposé de changer votre comportement. Et vous avez remarqué le langage corporel et posé une question ouverte pour inviter plus de conversation.)

 

Voici 9 stratégies pour pratiquer l’écoute empathique :

1. Prenez le temps.

Une écoute active et empathique demande du temps. L’orateur a besoin de sentir qu’il a tout le temps au monde pour libérer le flot de sentiments et d’inquiétudes qu’il a mis en bouteille. Ce n’est qu’en libérant cet arriéré d’émotion qu’il peut enfin avoir la clarté et la capacité de tirer des conclusions.

Il est facile de perdre patience avec un orateur qui traite ses sentiments et les articule à travers le brouillard d’émotion ou de confusion. Vous ne pouvez pas le précipiter à travers ce processus ou attendre de lui qu’il accepte votre solution rapide. La patience est impérative si vous voulez vraiment aider quelqu’un.

2. Offrez de l’empathie, pas de la sympathie.

Parfois, nous dissimulons une écoute empathique avec des mots de sympathie. Peut-être avons-nous vécu une situation similaire, alors nous la partageons pour que le locuteur sache que nous comprenons. Pour le locuteur qui essaie de traiter des émotions difficiles, il peut sembler que vous volez son tonnerre ou que vous vous détourniez de votre attention.

Les véritables écoutes empathiques exigent que vous laissiez vos histoires et vos expériences à la porte. Vous n’avez pas besoin de les partager pour que le conférencier sache que vous comprenez ce qu’elle dit. L’empathie dit : «Je vous comprends» plutôt que «Je vous comprends parce que c’est encore pire».

3. Faites attention au langage corporel.

Votre comportement entier doit faire savoir au locuteur que vous êtes pleinement présent. Éteignez votre téléphone pour ne pas être tenté de le regarder. Essayez de ne pas bouger les yeux pour faire attention aux autres autour de vous. Gardez la posture ouverte, en acceptant les bras et les jambes non croisés.

Penchez vous pendant que l’autre personne parle et regardez-les de temps en temps (mais pas constamment). Essayez de ne pas bouger ou bouger pour montrer de l’impatience ou de l’irritation.

4. S’abstenir de solutions.

Autant vous voudrez peut-être intervenir et sauver la journée avec la solution parfaite, ne le faites pas. Ecoutez, hochez la tête, faites de petits commentaires qui montrent que vous avez entendu ce qui a été dit. Mais n’interrompez pas le processus que traverse le locuteur alors qu’il se dirige lui-même vers une solution.

Vous constaterez généralement que si vous attendez, l’autre personne parviendra à la même conclusion. S’ils vous demandent une solution directement, ne l’offrez pas tout de suite. Demandez au locuteur ce qu’il vous suggérerait si les rôles étaient inversés. Essayez toujours de redonner le pouvoir à l’autre personne.

5. Utilisez des questions ouvertes, empathiques ou en suspens.

Utilisez des questions ouvertes et réfléchies (qui nécessitent plus qu’une réponse par «oui» ou «non») pour susciter une réflexion et une réflexion plus approfondies de la part de l’orateur. Vous pourriez demander : «Comment vous sentiez-vous à ce sujet ?» 0u «Que pensez-vous de la meilleure étape à venir ?»

Vous pouvez également poser des questions empathiques liées à l’état émotionnel du locuteur. Par exemple, vous pourriez demander : « Qu’avez vous ressentis quand cela s’est produit ? » Vous remarquerez peut-être que l’orateur a l’air triste (ou en colère ou craintif) et vous pouvez dire : « Votre expression a l’air triste. Qu’est-ce qui se cache derrière ça ? »

Essayez de ne pas utiliser de questions clés dans l’intention de diriger le haut-parleur vers votre solution. Votre objectif est de les aider à acquérir plus de clarté et de conscience de soi. Une façon d’y parvenir consiste à poser une question en suspens. Ce genre de question est une question incomplète comme « Et si vous deviez recommencer, vous pourriez le faire. . . » Cela laisse les choses sans réponse, de sorte que le locuteur peut déterminer la direction de la conversation.

6. Demandez plus.

Souvent, un orateur offrira une miette d’information, et vous pourrez dire que ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Vous savez ou soupçonnez qu’il y a plus juste sous la surface, et tout ce dont ils ont besoin, c’est d’un coup de pouce pour le présenter. Même si vous ne soupçonnez pas qu’il y en a plus, il y en a généralement, alors cela vaut toujours la peine de le demander.

Une question aussi simple que «Y a-t-il plus ?» Peut libérer davantage l’histoire ou les émotions derrière l’histoire. Vous pouvez demander cela plusieurs fois (peut-être légèrement reformulé) jusqu’à ce qu’il soit clair que l’orateur n’a plus rien à ajouter sur le sujet.

7. Répétez une phrase ou un mot.

Lorsque l’intervenant partage des informations puissantes, il peut conclure par une phrase ou une déclaration qui exprime sa douleur, son inquiétude ou sa frustration. Par exemple, l’orateur pourrait raconter une histoire de trahison par un ami et conclure avec la déclaration suivante : « Je suis tellement en colère, je ne veux plus jamais lui parler. » Vous pouvez répéter : « Vous êtes tellement en colère, Je ne veux pas lui parler. » Ou vous pouvez simplement dire : « Vous êtes vraiment en colère. »

Cela permet au locuteur de savoir que vous suivez avec elle et lui donne un signal pour en ajouter ou clarifier sa déclaration. Lorsque vous répétez le mot ou la phrase, essayez d’imiter le même ton que celui utilisé par le locuteur. Ne le répète pas comme une question ou avec un jugement.

8. Autoriser les silences.

Les longs silences peuvent être inconfortables, mais résistez à l’envie de remplir le silence avec vos suggestions ou remarques. Permettez à l’intervenant d’utiliser le silence pour traiter ses pensées et ensuite rompre le silence lorsqu’il est prêt à parler.

Lorsque vous leur donnez cet espace sans les interrompre, vous leur faites savoir que vous êtes là pour eux et que vous leur accordez le temps nécessaire pour gagner en clarté. Lorsqu’un intervenant se rend compte que vous n’allez pas les interrompre, ils sont libres de ralentir et de traiter plus en interne, ce qui est nécessaire pour la réflexion analytique.

Vous pourriez trouver ces silences et ces conversations plus lentes difficiles à manipuler. Mais c’est vraiment un cadeau que de simplement être présent et de donner à l’intervenant la liberté de réfléchir et de s’exprimer à son propre rythme.

9. Restez calme.

Si l’orateur partage des informations intenses, émotionnelles ou dérangeantes, il est difficile de ne pas exprimer vos propres émotions ou jugements. Vous pouvez ressentir le besoin de réagir par le choc, le désaccord ou même la défensive.

Si la personne qui parle est votre conjoint ou votre partenaire, et le sujet de la conversation porte sur vous (comme dans l’exemple ci – dessus), il est encore plus difficile de vous empêcher de réagir.

Mais il est impossible d’être un auditeur actif lorsque vous construisez votre propre cas, que vous évitez les reproches ou que vous vous mettez en colère. Si vous ne pouvez pas écouter calmement et pratiquer l’écoute active, retardez la conversation jusqu’à ce que vous le puissiez.

 

Y a-t-il un temps pour proposer des défis ou des suggestions ?

Lorsque vous avez été l’auditeur empathique et que vous avez passé beaucoup de temps à laisser l’orateur s’exprimer, il parviendra probablement à une conclusion ou à une solution pour lui-même. Ou peut-être restera t’il confus, mais il sera soulagé et aura plus de clarté qu’auparavant.

Une fois que l’émotion est épuisée et que les mots sont prononcés et entendus, il peut être judicieux de proposer des suggestions ou de contester quelque chose qui, selon vous, doit être reconsidéré. Demandez toujours à l’orateur s’il veut votre avis avant d’offrir vos mots. À ce stade, ils devraient avoir confiance en vous et reconnaître que vous ne le jugez pas.

Source : www.liveboldandbloom.com

Pour aller plus loin* :

écoute empathiqueécoute empathiqueécoute empathique

(*) liens d’affiliation

 

 

Derniers articles :

Le rôle de l’argent dans la spiritualité et la religion

Pleine lune du 28 mars 2021 – L’amour fait mal

Equinoxe de Printemps : signification et rituels