15 signes que vous vous détestez et comment arrêter

Votre vie est un enfer. Peu importe ce que vous faites, peu importe où vous allez, vous avez le sentiment inébranlable que vous êtes pathétique, sans valeur, laide, stupide et que vous échouez complètement. C’est la haine de soi.

Vous pouvez réaliser quelque chose, vous pouvez recevoir de l’amour et de l’affection, mais vous vous en débarrassez à cause de la voix honteuse et toxique qui règne en elle-même, qui chuchote :

Qui penses-tu être ? Tu n’es personne, tu n’es pas assez bon, tu ne seras jamais assez bon. Arrête de te leurrer, idiot.

Pouvez-vous comprendre ce sentiment incessant de haine de soi ? Sentez-vous, peu importe ce que vous faites, que vous êtes sans importance, inférieur, non désiré, brisé, sans espoir, inutile, ridicule et impossible à aimer ?

J’ai connu cela. En fait, ma haine envers moi-même à un moment donné était si forte que j’ai eu recours à l’automutilation pour y faire face. Pendant de nombreuses années, j’ai été pris au piège dans la prison de mon esprit et ce fut une expérience horrible – quelque chose que beaucoup de gens ne peuvent même pas commencer à comprendre.

La vérité est qu’il n’existe pas de solution rapide et uniforme pour le dégoût de soi. Mais il existe de nombreuses façons de le surmonter. Et le fait que vous soyez ici est déjà un pas dans la bonne direction vers l’amour de soi et l’auto-compassion.

 

Définition de l’auto-aversion

Qu’est-ce que le mépris de soi ?

Le mépris de soi est synonyme de haine de soi : c’est une aversion extrême envers soi-même. Elle est alimentée par la colère, une faible estime de soi et une perception déformée de soi-même due à des pensées erronées et à des croyances de soi. Dans la plupart des cas, le dégoût de soi est le résultat d’une éducation dysfonctionnelle.

 

Se haïr : 3 raisons pour lesquelles cela se produit

La haine de soi, c’est nul. Et c’est plus complexe qu’il n’y paraît à la surface.

Afin de surmonter votre dégoût de soi, vous devez comprendre pourquoi cela se produit et d’où cela vient.

Il y a trois raisons principales de se haïr :

  1. Milieu familial pauvre
  2. Environnement social médiocre
  3. Possession d’ego / perte d’âme

1. Environnement familial pauvre

Il y a tout d’abord l’environnement familial pauvre. Lorsque nous sommes élevés dans une famille soit (a) trop étouffante et possessive, soit (b) trop négligente et méprisante à notre égard – ou, dans certains cas, les deux à la fois -, nous intériorisons l’idée que quelque chose ne va pas. Pourquoi nos parents ou les membres de notre famille se comporteraient-ils de cette manière ? Sinon, pourquoi nous feraient-ils du mal ? Maman et papa sont censés nous aimer, non ?

Vous voyez, en tant que jeunes enfants, nous avions besoin de voir nos parents d’une manière presque divine. Pour nous, ils devaient avoir raison, être en sécurité, être infaillibles car, si nous ne nous en étions pas méfiés, il nous aurait été très difficile de survivre (émotionnellement, mentalement et parfois physiquement). Par conséquent, au lieu d’analyser de manière critique et de condamner nos parents (ce que les jeunes enfants n’ont pas la capacité cognitive de faire), nous nous en sommes pris à nous-mêmes. Nous avons senti qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez nous. Nous avons eu le sentiment que nous avions tort et honte de la manière dont nos parents / membres de la famille nous ont traités,  nous avons pris le blâme pour quelque chose qu’ils ont mal fait.

Et donc, nous avons une cause majeure de dégoût de soi : elle est basée sur la conviction erronée selon laquelle nous avons adopté dans notre enfance qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez nous.

Alice Miller, psychanalyste et philosophe, écrit :

L’amour qu’un enfant a pour ses parents garantit que leurs actes de cruauté mentale conscients ou inconscients resteront non détectés.

L’auteur et thérapeute Anodea Judith poursuit en expliquant :

Puisque nous nous identifions habituellement avec nos gardiens et leurs valeurs, la façon dont ils nous traitent nous enseigne sur notre valeur en tant qu’être humain. Nous prenons leurs attitudes envers nous. L’abus nous fait sentir qu’on ne nous aime pas et se sentir défectueux ne fait qu’ajouter à notre honte Inébranlables, nous ne sommes plus en contact avec notre divinité, notre spécificité, notre validité en tant qu’être humain. Convaincus que la faute réside dans un défaut intrinsèque, pour lequel nous sommes aveugles et impuissants, nous nous abandonnons nous-mêmes.

 

2. Environnement social médiocre

Bâtir sur un environnement familial pauvre est un environnement social pauvre. Et vous n’avez pas besoin de regarder très profondément dans la société avant de tomber sur une vraie merde.

Outre les cas typiques d’intimidation que nous observons dans les écoles, notre environnement social infantile (en dehors de la maison) a peut-être renforcé encore plus notre haine de soi à cause des effets néfastes du conditionnement des médias sociaux et de la comparaison toxique obsessionnelle avec d’autres.

Si vous étiez en vie avant l’augmentation de l’utilisation des médias sociaux / d’Internet, vous avez peut-être rencontré des enseignants ou des systèmes éducatifs critiques et inspirés par la honte qui vous ont fait sentir sans valeur ou inférieurs si vous n’atteigniez pas leurs critères de réussite.

Toute expérience ou environnement qui renforçait la fausse idée qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec vous, accentuait l’ampleur de votre dégoût de soi. Et si vous avez déjà lu des notions de base en psychologie, vous saurez que l’esprit aime les schémas, vous finirez par vous retrouver dans une bulle pleine de biais de confirmation où vous êtes constamment à la recherche de la validation que vous recevez. Nous ne valons rien. Pourquoi ? Cela apaise le besoin de l’esprit de contrôler et de comprendre la vie.

(Il s’agit exactement du même algorithme à bulles que celui utilisé par les réseaux de médias sociaux tels que Facebook, à l’exception des jeux qui vous dégoûtent toute la vie, à l’écran et hors écran.)

 

3. Possession d’ego / perte d’âme

Enfin, nous arrivons au cœur même de la haine de soi. Et cela peut vous amener à rouler les yeux ou à vous sentir confus – mais écoutez-moi.

Nous sommes tous nés sans aucun sens de «moi», «mon» et «je». En tant que bébés, nous sommes sans ego,  Un avec l’univers. Mais à mesure que nous vieillissons, pour survivre dans ce monde, nous devons nous séparer, créer un sentiment de soi. Construire un ego.

Cette séparation fondamentale de l’univers, du divin, est à la base de tout mépris de soi. Nous ne pouvons nous haïr que lorsqu’il y a quelqu’un à haïr. Sans cette personne, sans cet ego, il n’y a pas de dégoût de soi et donc pas de souffrance. (À propos, cet état d’ego a été désigné depuis des milliers d’années comme le paradis, le Nirvana, l’illumination, l’illumination, etc.).

La perte de l’âme est ce qui se produit lorsque nous sommes tellement empêtrés et immergés dans notre ego fabriqué que nous nous sentons totalement déconnectés de tout ce qui est bon, de tout ce qui a du sens, de tout ce qui est réel. Au lieu de cela, nous nous sentons vides, perdus, sans espoir et, dans de nombreux cas, pleins de dégoût de soi.

La bonne nouvelle est que vous pouvez en faire l’ expérience par vous-même – vous n’avez pas à en croire un iota à ce que je dis. Et la porte d’entrée pour faire l’expérience de la réalité que votre sens du «vous» n’est pas réel passe par la méditation.

Si vous souhaitez faire un premier pas dans cette direction, je vous recommande de pratiquer la méditation de pleine conscience.

 

15 signes que vous luttez avec la haine de soi

Comment cela peut-il être un «happy hour» si je passe tout mon temps à pleurer des larmes de haine de moi-même et de désespoir dans ma bière à 2 euros ?– Twitter

Faites attention à ces signes (certains sont surprenants et moins connus que les autres) :

  • Causerie extrêmement dure («Je suis stupide» «Quel perdant je suis»)
  • Dépression et / ou anxiété
  • Sentiment d’insécurité chronique autour des autres
  • Mauvaise posture
  • Négliger votre corps et votre santé
  • Auto-sabotage et autodestruction (ne pas se permettre d’être heureux)
  • Problèmes de colère
  • Refuser des compliments, des conseils ou de l’aide
  • Auto-isolement
  • Tendance à la dépendance
  • Auto martyre
  • Se sentir comme une victime tout le temps
  • État d’esprit défaitiste
  • Désespoir
  • Sans but

Tous ces comportements et tendances entraînent inévitablement un dégoût de soi.

 

Comment vaincre la haine de soi (il y a de l’espoir)

Comment se fait-il que nous soyons si envoûtés par notre haine de soi, si impressionnée et si crédule devant notre autocritique, aussi peu imaginative qu’elle soit ? … L’auto-hypnose est l’autocritique, lorsqu’elle n’est pas utile dans une approche autocritique. C’est un jugement comme un sort ou une malédiction, pas comme une conversation, c’est un ordre, pas une négociation, c’est un dogme, pas une surinterprétation. – Adam Phillips

A présent, un sentiment de frustration, de désespoir ou de chagrin peut être à l’intérieur de vous. Non seulement vous vous sentez tourmenté par votre haine de soi, mais vous vous sentez également victime de celle-ci.

Eh bien, la vérité est que vous êtes victime de votre haine de soi. Mais vous ne devez pas rester victime pour toujours.

Vous avez déjà fait le premier pas vers la santé et le bien-être sans même le savoir. (Bravo au fait.) Ensuite, il est temps de sortir du rôle de victime et de devenir guerrier.

 

Voici quelques moyens éprouvés pour surmonter la haine de soi :

1. Enfer sur les médias sociaux

Vous m’entendez. Faites une pause dans les médias sociaux – faites-en une cure de désintoxication, comme ils le disent de nos jours – et fixez votre objectif pendant 30 jours. Si cela semble trop long, essayez une semaine sans les médias sociaux. Pas de facebook, pas d’instagram, pas de twitter, pas de pinterest – rien de tout cela.

Si vous devez désinstaller un trésor d’applications, faites-le. Si vous devez placer votre ordinateur portable sous le lit, faites-le. Passez en mode ermite. Dites sayōnara aux avis constants et au flot de vomissements mentaux des autres. Vous serez heureux de l’avoir fait.

La raison pour laquelle je vous conseille d’éviter les médias sociaux est que cela tend à renforcer le dégoût de soi par le biais d’un phénomène appelé comparaison toxique.

Lorsque nous allons sur les médias sociaux, nous voyons une version soigneusement organisée de la vie des autres. Nous voyons ce qu’ils veulent que nous voyions, pas ce qui se passe réellement sous la surface. Et nous comparons nos vies à ces versions parfaites des réalités des autres.

En conséquence, nous commençons à être anxieux, déprimés et, oui, pleins de dégoût de soi. « Pourquoi ne puis-je pas être aussi mince ? », Nous nous déplorons lorsque nous parcourons des images sans fin de corps ciselés dans des poses de yoga étranges. « Leur maison / petit ami / vacances / vie est tellement incroyable et la mienne … c’est nul »

Pouvez-vous voir où tout cela mène ? Oui, se sentir horrible à propos de nous-mêmes et de nos vies.

Alors s’il vous plaît éloigner vous des médias sociaux. Elle devrait être classée comme substance de classe A pour son potentiel de dépendance et ses effets secondaires négatifs.

À propos, d’après des études (en anglais), les personnes qui s’échappent des médias sociaux se sentent plus heureuses, plus détendues et plus productives.

 

2. Faites une chose gentille pour vous chaque jour

Peu importe quoi : faire quelque chose, tout ce qui est bien intentionné envers vous-même.

Cela peut être de mettre une veste supplémentaire quand vous avez froid, de vous préparer un petit déjeuner sain, de vous coucher tôt, de vous promener dans la nature, de prendre un bain moussant chaud. Assurez-vous simplement que vous le faites consciemment avec la bonne intention (faire preuve de gentillesse envers vous-même).

Faire une chose gentille pour vous-même chaque jour peut sembler bizarre au début. Veillez donc à consigner dans un journal vos sentiments et vos réactions face à l’amour de soi.

 

3. Exprimer de façon créative votre haine de soi

L’art est une pratique de guérison puissante qui vous aidera à comprendre à quel point le dégoût de vous-même vous influence.

Une pratique artistique puissante consiste à prendre une grande feuille de papier vierge, quelques stylos de couleur, et à vous dessiner comme la partie de vous-même qui vous dégoûte se perçoit. Ensuite, prenez un autre morceau de papier et dessinez-vous comme une personne véritablement aimante et compatissante vous verrait.

Comparez les deux dessins. Comment vous font-ils ressentir ? Quels souvenirs ou quelles pensées surgissent ? Vous pouvez écrire ces notes au verso de chaque dessin.

Si vous en retirez beaucoup de cette pratique, vous voudrez peut-être approfondir le domaine de la thérapie par l’art.

 

4. Explorez la question « Est-ce que mon environnement me prend en charge » ?

En d’autres termes, vos amis vous soutiennent-ils ? Vos collègues vous soutiennent-ils ? Est-ce que votre environnement de travail, familial ou d’études vous soutient ?

Quand j’écris «soutiens-toi», ce que je veux vraiment dire, c’est vous soutenir et vous élever.

Si vous vous sentez aimé et accepté tel que vous êtes, vous êtes dans un environnement favorable. Si, au contraire, vous êtes entouré de personnes qui vous rabaissent, vous condamnent ou vous rejettent fréquemment, vous vous trouvez dans un environnement qui renforce le dégoût de soi. Une telle situation est toxique et dans l’intérêt de votre santé et de votre bonheur, je vous recommande fortement de procéder à un «nettoyage de printemps» intensif et de retirer ces personnes de votre vie si possible – ou de vous éloigner autant que possible.

Cela peut sembler effrayant de changer d’amis, d’emplois et d’habitudes. Se lever et faire un changement peut sembler décourageant, malgré ce que dit la voix dure et critique dans votre tête. Mais vous avez un guerrier à l’intérieur de vous et vous avez le droit d’être heureux, de vivre une vie qui vous soutient.

Alors réfléchissez un peu. Évaluez votre vie en ce moment. Planifiez les voies d’évacuation. Cherchez ceux qui vous soutiennent et vous élèvent. Cela peut prendre du temps, mais cela en vaut vraiment la peine. Négliger cette pratique, c’est comme essayer de construire un château au sommet d’un marais : c’est instable. Si vous ne faites pas attention, tous les changements que vous apportez seront compromis par ceux qui vous entourent. Alors, choisissez judicieusement.

 

5. Explorez vos croyances fondamentales (et reformulez-les)

Votre conviction fondamentale est la conviction centrale que vous avez sur vous-même. Tout le reste de votre vie – vos habitudes, vos comportements, vos idées personnelles, vos choix d’emploi, vos amis, vos partenaires – s’articulera autour de cette conviction fondamentale. Et si cette croyance est négative, c’est une tragédie en devenir.

Les principales croyances négatives comprennent : « Je suis mauvais », « je ne vaux rien », »je suis défectueux »

Une fois que vous avez trouvé votre conviction fondamentale, il est important de la reformuler et de la reprogrammer. Ainsi, par exemple, si votre conviction fondamentale est «Je ne suis pas aimable», alors vous considéreriez comme votre mantra «Je suis aimable, je suis digne d’amour».

Ce mantra (ou affirmation) peut être répété indéfiniment tout au long de la journée chaque fois qu’une pensée ou un sentiment de dégoût de soi se présente. Lentement, vous allez changer votre conviction fondamentale de quelque chose de toxique / négatif à sain / positif.

 

6. S’engager à aimer et à prendre soin de soi

L’amour de soi et les soins personnels sont des engagements et des attitudes que nous introduisons dans nos vies. Lorsque nous marchons sur le chemin de l’amour de soi, nous saisissons toutes les occasions possibles pour prendre soin de nous-mêmes, peu importe ce qui se passe ou qui nous fait mal.

Quelle est la différence entre l’amour de soi et les soins personnels, vous demandez-vous peut-être ? Eh bien, l’amour de soi est davantage dirigé vers le cœur et l’esprit. Les soins personnels, en revanche, sont davantage axés sur le corps.

En fin de compte, l’objectif est de prendre soin de tous les niveaux de votre être (votre corps, votre cœur, votre esprit et votre âme).

 

7. Prenez soin de votre âme (attention + méditation)

Comme je l’ai mentionné ci-dessus, la perte d’âme est à la base même de la haine de soi. Lorsque nous sommes déconnectés du Divin – sous quelque forme que ce soit pour nous – nous nous sentons vides, morts et perdus à l’intérieur.

La façon la plus simple de rétablir une connexion avec votre âme (qui est votre vraie nature) consiste à prendre conscience de soi et à méditer.

La pleine conscience vous reconnecte avec le moment présent, où toute la magie se produit, et la méditation vous aide à dépasser votre ego et à faire l’expérience de votre âme.

La pleine conscience et la méditation vous aident également à gérer vos pensées de dégoût en en prenant conscience. Une fois que vous en prenez conscience, vous en devenez un observateur, au lieu de vous y perdre. C’est un peu comme la différence entre être un film dramatique et s’asseoir dans la salle de cinéma et regarder le film d’une manière détendue.

L’une des plus grandes découvertes que j’ai faites est que la pleine conscience et la méditation peuvent être pratiquées à tout moment, n’importe où et avec n’importe quoi. La beauté est que cela peut devenir un mode de vie, une porte constante pour se libérer de la souffrance. Et c’est la vraie beauté de telles pratiques.

 

Se détourner de soi est basé sur un simple malentendu

En conclusion, je tiens à souligner la simple vérité selon laquelle se haïr soi-même est basé sur un malentendu fondamental au sujet de votre valeur.

La haine de soi est à la base de la conviction qu’il y a quelque chose qui est intrinsèquement faux, mauvais ou défectueux. Mais ce n’est tout simplement pas le cas.

Vous êtes digne d’amour,  digne d’être vu et Vous êtes digne d’être retenu.

Vous êtes un enfant de l’univers et vous êtes ici pour une raison.

Qui a le droit de dire le contraire ? (Réponse : personne.)

La seule façon de vraiment comprendre cela pour vous-même est de commencer votre propre voyage spirituel – pour être le rebelle, le loup solitaire qui se révolte contre vos pensées, votre ego qui aime vous faire sentir sans valeur.

Refuser d’être apprivoisé par votre conditionnement, par ce que votre esprit veut, c’est votre droit de naissance.

Il est temps d’agir et de récupérer votre souveraineté sur vous-même.

Qu’est-ce que le dégoût de soi vous fait ? Si vous avez réussi à le surmonter, qu’est-ce qui vous a aidé ? S’il vous plaît partager ci-dessous !

 

Source : lonerwolf.com

 

Je vous souhaite tout le bonheur du monde

 

Pour aller plus loin* :
Amour de soi (sortir du mal être, apprendre à s’aimer, à se faire confiance, être bien dans son corps, dans sa tête et dans sa vie)*
haine de soihaine de soihaine de soihaine de soihaine de soi

(*) liens d’affiliation

 

 

Autres articles :

Magique Lune, enfin toutes les informations réunies dans un seul livre

Feng Shui : 5 coins de richesse critiques du Feng Shui

Quelles sont les croyances fondamentales toxiques ?

Nombre 6 : numérologie et explications

Clairsentience : 10 signes que vous avez ce don