fbpx
Aller au contenu

Avez-vous une mentalité de victime ? Voici 23 signes

mentalité de victime

Lorsque nous avons une mentalité de victime, nous filtrons toute notre existence à travers une lentille mentale étroite et paranoïaque qui est utilisée pour percevoir les autres et la réalité.

Bien qu’il soit important de revendiquer le rôle de victime si nous avons réellement été victimes ou abusés, nous ne pouvons pas avancer dans notre vie si nous ne sortons pas du rôle de victime pour entrer dans celui de survivant.

 

Qu’est-ce qu’une mentalité de victime ?

La mentalité de victime est un terme psychologique qui fait référence à un type d’état d’esprit dysfonctionnel qui cherche à se sentir persécuté afin d’attirer l’attention ou d’éviter de se responsabiliser. Les personnes qui luttent contre la mentalité de victime sont convaincues que non seulement la vie échappe à leur contrôle, mais qu’elle leur fait délibérément du mal. Cette croyance se traduit par des reproches constants, des accusations et des soirées de pitié qui sont alimentées par le pessimisme, la peur et la colère.

En d’autres termes, avoir une mentalité de victime signifie que vous rendez les autres personnes et les circonstances responsables du malheur que vous ressentez.

Êtes-vous émotionnellement manipulé ?

 

Comment l’auto-victimisation se développe-t-elle ?

Personne ne naît avec une mentalité de victime, tout comme personne ne naît cliniquement déprimé ou anxieux. La mentalité de victime est plutôt un trait de personnalité acquis, c’est-à-dire qu’elle est le résultat d’un conditionnement et de mécanismes d’adaptation au début de la vie.

La plupart des victimes ont été victimisées d’une manière ou d’une autre dans leur enfance, que ce soit par des violences physiques, sexuelles, émotionnelles ou psychologiques. L’auto-victimisation peut également se développer à travers les relations de codépendance que nous avons eues avec nos parents, ou simplement en observant et en adoptant la mentalité malsaine de victime manifestée par un ou plusieurs membres de notre famille.

Cependant, bien que ce qui nous arrive dans notre enfance échappe totalement à notre contrôle, il nous incombe, en tant qu’adultes, de prendre notre pouvoir et de reprendre la responsabilité de notre bonheur.

Vous voulez être heureux ? Alors arrêtez de chercher le bonheur…

 

9 avantages à être une victime

Jouer la victime présente en fait un certain nombre d’avantages juteux. Ces avantages font qu’il est très difficile de sortir d’un tel état d’esprit, ce qui explique pourquoi la plupart des victimes semblent s’investir émotionnellement dans la perpétuation de ce type de comportement toxique.

Voici quelques-uns de ces avantages :
  • Vous avez le « droit » de vous plaindre
  • Vous avez plus de chances d’obtenir ce que vous voulez.
  • Ne pas avoir à assumer la responsabilité de quoi que ce soit
  • Vous vous sentez intéressant car vous pouvez raconter toutes vos histoires aux gens.
  • Les autres personnes vous prodiguent de l’attention
  • Vous n’avez pas à vous ennuyer parce qu’il y a trop de drames en cours.
  • D’autres personnes se sentent désolées pour vous
  • Les autres personnes sont moins susceptibles de vous critiquer ou de vous contrarier.
  • Vous pouvez éviter et contourner la colère parce que vous êtes trop occupé à vous sentir triste.

Pouvez-vous voir certains modèles sous-jacents qui commencent à émerger ici ?

Jouer la victime te donne en fait beaucoup de pouvoir : le pouvoir d’éviter les responsabilités, le pouvoir de te sentir « justement » triste et persécuté, le pouvoir d’éviter les émotions inconfortables et le pouvoir de manipuler les autres.

Comment transformer des situations négatives en positives ?

 

Le côté obscur du rôle de la victime

La majorité des personnes qui jouent les victimes le font inconsciemment ou involontairement. Malgré tout, le rôle de victime implique une énorme quantité de manipulation et de tirage de ficelles. Les personnes qui entretiennent des relations ou des amitiés avec des victimes disent souvent se sentir comme des marionnettes qui se transforment en ce que la victime croit être ou veut qu’elles soient.

Faire en sorte que les autres se sentent désolés pour vous est un moyen facile de les enrouler autour de votre petit doigt. Cette envie inconsciente de contrôler les autres par leur sympathie n’est en fait qu’un moyen pour l’esprit de renforcer sa croyance en l’identité du moi « Je suis une victime ».

Il y a beaucoup de confort et de « sécurité » artificielle à jouer l’identité de victime. Non seulement cela vous récompense de ne pas avoir à assumer la responsabilité de votre comportement (car les « autres » sont toujours responsables), mais cela vous empêche également de ressentir des émotions inconfortables comme la culpabilité et la colère, tout en vous donnant l’impression que les autres prennent soin de vous.

9 signes que vous vous mentez sans le savoir

Jouer la victime est également souvent utilisé par des personnes abusives et/ou sociopathes qui se servent de ce rôle pour garder une laisse émotionnelle serrée sur leurs proches. Par exemple, une personne narcissique peut constamment dénigrer son partenaire, puis faire une fixation sur la fois où son partenaire a craqué et l’a traité de « monstre », donnant ainsi l’impression qu’elle est en fait la « victime ». Ou encore, une personne violente physiquement peut invoquer l’excuse selon laquelle elle « doit toujours supporter l’autre » pour battre son partenaire.

Comme nous pouvons le constater, l’attitude du « pauvre de moi » peut être utilisée des deux côtés du spectre humain : aussi bien chez les personnes apparemment « normales » que chez les psychopathes plus extrêmes et dysfonctionnels. Par exemple, dans les relations de codépendance, l’auto-victimisation peut être utilisée par le complice et l’agresseur, et parfois par les deux en même temps dans une sorte de lutte de pouvoir.

Il n’y a pas un « type » de personne qui correspond au rôle de victime, il est donc faux de dire que seuls les narcissiques ou les sociopathes adoptent ce rôle. J’ai personnellement vu tous les types de personnes jouer ce rôle : des vieilles grands-mères adorables aux adolescents, en passant par les mères, les pères, les professionnels et même les personnes « spirituellement éveillées ».

 

23 signes de la mentalité de victime

Jouez-vous, ou quelqu’un que vous aimez, le rôle de victime ? Voici quelques signes courants à surveiller :

  • Blâmer constamment d’autres personnes ou situations pour se sentir malheureux.
  • Avoir une philosophie du type « la vie est contre moi ».
  • Etre cynique ou pessimiste.
  • Voir les problèmes comme des catastrophes et les exagérer.
  • Penser que les autres font exprès de faire du mal.
  • Croire être seul à être la cible de mauvais traitements.
  • Revivre sans cesse des souvenirs douloureux qui vous ont donné l’impression d’être une victime.
  • Même lorsque tout va bien, vous trouvez toujours quelque chose à redire.
  • Vous refusez d’envisager d’autres perspectives lorsque vous parlez de vos problèmes.
  • Vous vous sentez impuissant et incapable de faire face efficacement à un problème ou à la vie en général.
  • Se sentir attaqué lorsqu’on vous fait une critique constructive.
  • Vous croyez que vous n’êtes pas responsable de ce qui se passe dans votre vie (les autres le sont).
  • Croire que tout le monde est  » mieux loti  » que vous.
  • Vous semblez aimer vous apitoyer sur vous-même.
  • Vous attirez des gens comme vous (qui se plaignent, blâment et se sentent victimes de la vie).
  • Croire que le monde est un endroit effrayant et surtout mauvais.
  • Vous aimez partager vos histoires tragiques avec d’autres personnes.
  • Vous avez l’habitude de blâmer, d’attaquer et d’accuser ceux que vous aimez pour ce que vous ressentez.
  • Se sentir impuissant à changer votre situation.
  • Vous vous attendez à obtenir la sympathie des autres, et lorsque vous ne l’obtenez pas, vous vous sentez contrarié.
  • Refuser de vous analyser ou d’améliorer votre vie
  • Vous avez tendance à « surpasser » les autres lorsqu’il s’agit de partager des expériences traumatisantes.
  • Vous vous rabaissez constamment.

Comme nous pouvons le constater, le sentiment permanent d’être une victime est profondément destructeur, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

Comment cesser d’être une victime

Si vous lisez cet article parce que vous soupçonnez que vous vous accrochez à une mentalité de victime, voici quelques conseils qui peuvent vous aider à sortir de ce rôle toxique :

1. Commencez à remplacer « vous » par « je ».

Par exemple, au lieu de dire « tu me mets tellement en colère », vous pouvez remplacer cette affirmation par « je me sens tellement en colère quand je t’entends dire ça ». Cette astuce simple peut vous aider à apprendre à prendre davantage la responsabilité de votre bonheur.

2. Considérez-vous comme un survivant

Une victime se dispute avec la vie, un survivant l’embrasse. Une victime s’attarde sur le passé, un survivant vit dans le présent. La victime se croit impuissante, un survivant reprend le contrôle de sa vie. Bien que la mentalité de victime crée une dépendance, la mentalité de survivant est beaucoup plus stimulante à long terme. Dès que vous commencerez à vous considérer comme un survivant, vous commencerez à vous sentir mieux dans la vie et vous attirerez d’autres personnes pour les bonnes raisons. Écouter un survivant est bien plus rafraîchissant et inspirant que d’écouter une victime s’apitoyer sur son sort.

3. Soyez gentil et compatissant envers vous-même

En d’autres termes, faites attention à ne pas devenir une victime d’être une victime ! Ce rôle n’est pas quelque chose que vous choisissez : vous l’avez développé à la suite du conditionnement de votre enfance. Soyez doux avec vous-même et pratiquez l’amour de soi. Explorez vos blessures et vos croyances fondamentales qui aggravent votre identité de victime, et remplacez la haine de soi par l’auto-compassion. Si vous avez du mal à vous défaire de votre rôle de victime, prenez soin de vous en consultant un thérapeute. Expérimentez des pratiques telles que la tenue d’un journal, les affirmations, la PNL, la TCC et d’autres formes d’amour de soi.  Je déteste ma vie : 27 façons de changer ça

4. Explorez vos croyances erronées

Les croyances erronées engendrent l’anxiété, la dépression, la colère et la culpabilité. Beaucoup de ces croyances sont logées dans le côté obscur de notre psyché, et ne peuvent être explorées que par un travail profond sur l’ombre. Vous serez probablement stupéfait par le nombre de types de croyances erronées que vous avez adoptées sans le savoir ! Dépression existentielle : 15 signes que vous en souffrez

5. Demandez : « Quelle est la pensée qui crée cette souffrance ? »

Toute souffrance trouve son origine dans les croyances qui ne sont pas remises en question et qui ne sont pas examinées dans notre esprit. Lorsque nous nous attachons à ces pensées, nous souffrons. Rappelez-vous que vous n’avez pas besoin de croire les pensées dans votre tête : les pensées sont simplement des fluctuations d’énergie auxquelles nous attribuons un sens. La pratique de la méditation peut vous aider à remarquer à quel point les pensées sont éphémères. 7 pensées irrationnelles qui perturbent votre vie

6. Pratiquez la gratitude

La gratitude est un moyen simple mais puissant de vous rappeler que la vie n’est pas aussi misérable que vous le pensez. Chaque jour, essayez de trouver dix choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Vous pouvez tenir un journal de gratitude dans lequel vous écrivez ces dix choses, ou simplement les nommer mentalement. Essayez de vous sentir sincèrement reconnaissant d’avoir ces choses. 7 façons de montrer de la gratitude et de changer votre vie

7. Affirmez votre responsabilité personnelle

Commencez à remarquer toutes les façons dont vous contournez votre responsabilité personnelle. Soyez impitoyablement honnête et examinez comment le fait d’obtenir la sympathie des autres vous donne l’impression d’être spécial et perpétue le cycle consistant à pointer les autres du doigt. Vous pouvez utiliser une affirmation telle que « Je suis responsable de ma vie » ou « J’ai le pouvoir de créer le changement » pour vous aider à reprogrammer ce besoin inconscient de jouer la victime. Vous pouvez également faire quelque chose qui renforce votre confiance et vous montre que vous êtes capable… ou réfléchir à quelque chose dans le passé que vous avez surmonté avec succès.

8. Faites un acte de gentillesse envers une autre personne

Lorsque nous jouons les victimes, nous avons tendance à nous concentrer uniquement sur nous-mêmes. Sortez de votre tête en faisant quelque chose de gentil pour une autre personne que vous aimez. Réaliser que vous pouvez vous sentir bien sans manipuler une autre personne est un moyen important de couper la dépendance à l’auto-victimisation.

 

Comment gérer le complexe de la victime chez les autres ?

Nous avons tous rencontré des personnes qui se morfondent et se plaignent perpétuellement de leur vie.

Ces personnes semblent avoir la conviction que le monde est contre elles et semblent presque aimer se sentir malheureuses. Dans le domaine de la psychologie, on dit de ces personnes qu’elles souffrent d’un complexe de victime, un type de névrose qui consiste à obtenir la pitié des autres.

 

Qu’est-ce que le complexe de victime ?

Le complexe de victime est un état d’esprit qui se développe au cours de la vie et qui est déclenché principalement par le conditionnement de l’enfance. Les personnes qui souffrent du complexe de la victime se voient perpétuellement comme les victimes d’autres personnes ou de circonstances. Cette perception déformée d’elles-mêmes les pousse à rechercher l’affection et l’attention d’autrui, tout en évitant d’assumer leurs responsabilités et de se blâmer.

 

Quelle est la différence entre la mentalité de victime et le complexe de victime ?

Les deux se ressemblent tellement… alors quelle est la différence réelle ?

Bien que les deux puissent se chevaucher (et se chevauchent effectivement), la mentalité de victime est un problème plus courant. La plupart des gens sont confrontés à une mentalité de victime à un moment ou à un autre de leur vie. Le complexe de la victime, quant à lui, est un modèle comportemental insidieux et profondément ancré qui définit toute la vision de la vie d’une personne. Contrairement à la mentalité de victime (qui a généralement tendance à être éphémère), le complexe de victime peut définir la vie d’une personne pendant des années, voire toute une vie.

En d’autres termes, le complexe de victime est beaucoup plus grave et pathologique que la mentalité de victime.

 

14 Signes du complexe de la victime

Les personnes souffrant du complexe de la victime présentent un pourcentage élevé des symptômes suivants :

  1. Elles se déprécient constamment.
  2. Elles accuseront d’autres personnes ou d’autres situations de se sentir malheureuses.
  3. Ces personnes refuseront de s’analyser afin de se sentir mieux dans la vie
  4. Elles ont une philosophie du type « la vie est contre moi ».
  5. Elles se sentent impuissantes ou impuissantes à changer leurs circonstances
  6. Ces personnes pensent que les autres font exprès de leur faire du mal.
  7. Elles aiment partager leurs histoires tragiques avec les autres.
  8. Même lorsque tout va bien, elles trouvent toujours quelque chose à redire.
  9. Elles croient que le monde est généralement mauvais et dangereux.
  10. Elles s’énervent et réagissent lorsqu’on leur fait une critique constructive.
  11. Ces personnes pensent que tout le monde est « mieux loti » qu’elles.
  12. Elles ont tendance à blâmer, attaquer et accuser ceux qu’elles aiment pour ce qu’elles ressentent.
  13. Elles voient leurs problèmes comme des catastrophes et les exagèrent.
  14. Ces personnes n’assument pas la responsabilité de leur bonheur.

Je sais combien il peut être frustrant de vivre, de travailler ou simplement de côtoyer une victime autoproclamée. J’ai eu affaire à ma part de personnes souffrant d’un complexe de victime, mais ce qu’il faut retenir ici, c’est que ces personnes souffrent réellement à cause de leur état d’esprit. Ces personnes croient sincèrement qu’elles sont impuissantes et qu’elles sont à la merci des autres et de la vie. Cette impuissance apprise n’est pas développée pour vous manipuler (bien qu’elle puisse être utilisée de cette façon), elle a été développée à la suite d’un abus précoce. Il est donc important que nous fassions preuve de compassion envers les personnes de notre entourage qui souffrent d’un complexe de victime, sans bien sûr permettre à ces personnes d’avoir une perception déformée d’elles-mêmes.

 

Comment traiter les victimes autoproclamées ?

La question qui se pose maintenant est la suivante : comment traiter les victimes sans les blesser ?

Il peut s’avérer délicat de traiter les personnes qui luttent contre le complexe de la victime, notamment parce que la confrontation directe ne fait que renforcer leur sentiment d’être persécutées. Voici quelques conseils qui pourraient vous aider :

1. Ne vous laissez pas entraîner par leurs sentiments

N’oubliez pas que les victimes recherchent inconsciemment l’attention et la validation. Cependant, si vous leur accordez ce qu’elles veulent, vous deviendrez émotionnellement lié à elles, ce qui est mauvais pour vous comme pour elles. Essayez d’être un auditeur passif, sans vous impliquer activement dans leur apitoiement. N’oubliez pas qu’ils chercheront à vous attirer la sympathie pour renforcer leur mentalité de victime, mais ne la leur donnez pas. Restez simplement neutre, à moins que vous ne décidiez de mettre en pratique le point 3 (ci-dessous).

2. Faites-en leur problème

Les personnes souffrant du complexe de la victime trouveront toujours un moyen de rejeter la faute et la responsabilité sur quelqu’un d’autre afin d’éviter de se responsabiliser. Elles essaieront également de vous amener à être d’accord avec elles pour renforcer leur sentiment d’avoir « raison ». Au lieu d’être d’accord, exprimez la confiance que vous avez dans leur capacité à gérer la situation en adultes matures.

3. Acceptez sans réserve

Cette pratique fait appel à un peu de psychologie inversée : acceptez la résistance de la victime de manière à ce que le problème soit complètement disproportionné. Ainsi, si la victime vous dit à quel point sa vie est terrible en ce moment, soyez d’accord avec elle : la vie est vraiment terrible et épouvantable pour elle. Cette tactique peut amener la victime à changer d’avis et à dire : « Je suppose que la vie n’est pas si mauvaise… ».

4. Ne donnez pas de conseils

La vérité est que les victimes ne veulent pas résoudre leurs problèmes, car cela minerait leur sentiment d’être victimes ! Par conséquent, leur donner des conseils équivaut à parler à un mur : vous gaspillez votre souffle. Lorsque les victimes recherchent « des conseils et des avis », ce qu’elles veulent vraiment, c’est la preuve que vous vous souciez d’elles. C’est ce qui est triste chez les victimes : elles confondent pitié et amour.

Essayez de mettre en pratique ces conseils et vous verrez que la victime commencera à assumer la responsabilité de sa vie ou cherchera la sympathie ailleurs. Dans tous les cas, vous n’aurez plus à être la « victime » de la victime.

Enfin, n’oubliez pas que le complexe de la victime est une forme de maladie mentale. Gardez un cœur ouvert et compatissant, mais ne soyez pas complice. Écoute empathique pour une communication compatissante

La mentalité de victime et le complexe de victime sont des formes de comportement vraiment insidieuses et destructrices – elles entachent les amitiés, ruinent les relations et détruisent votre estime de soi. Mais en appliquant les conseils de cet article, nous espérons que vous vous sentirez inspiré et responsabilisé plutôt que victime de ce qui vous arrive.

Êtes-vous aux prises avec la mentalité de victime ? Ou peut-être avez-vous un proche ou un collègue qui souffre du complexe de la victime. N’hésitez pas à partager ci-dessous !

Source : lonerwolf.com

Les 3000 codes secrets des Psaumes* : Amour, Santé, Travail, Argent… Découvrez comment faire exhausser vos prières

Si vous voulez aller attirer l’abondance financière, voici « le grand guide des plus puissants rituels d’argent et de réussite »* . En effet, ce livre électronique totalement inédit, propose des rituels très puissant. Et ceci dans le domaine professionnel et des finances au sens large. Vous avez donc la garantie de pouvoir réussir TOUS les rituels. (En lien donc avec les finances et de bénéficier de l’affluence financière). Les plus puissants rituels sont donc à portée de main !

Pour les débutants : Le kit de la sorcière*

Livres audios gratuits* :

mentalité de victimementalité de victime
mentalité de victimementalité de victime

Autres livres audios gratuits*

 

Livres* :

mentalité de victimementalité de victimementalité de victimeDépression existentielleDépression existentielle

(*) liens d’affiliation

mentalité de victime mentalité de victime mentalité de victime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
2 × 14 =


%d blogueurs aiment cette page :